Pas de frais de reconversion en euros

image zero-pourcent-551x290

Les professionnels souhaitant reconvertir leurs Bizh en euros ne paieront pas de frais de reconversion… du moins la première année.

Il y a quelques mois, MLK-Gwened avait envisagé de demander 5% de frais de reconversion, c’est-à-dire ne rendre que 95 euros à un professionnel qui aurait souhaité reconvertir 100 Bizh.

Le principal argument en faveur des 5% était de dissuader les professionnels de reconvertir leurs Bizh en euros. En effet, 5% est un montant assez élevé pour susciter des réactions et donc des explications sur la nécessité de faire circuler la monnaie locale plutôt que de la reconvertir. Un autre argument était de rembourser à l’association le coût de la reconversion, puisque les activités d’échange occasionnent des frais et prennent beaucoup de temps. Enfin, la contribution à la reconversion fait partie des critères de référence du réseau des MLCC définis à Bidard en mai 2015, enrichis par le Manifeste et la Charte des MLCC que MLK-Gwened a signés.

Cependant, l’étude du fonctionnement d’autres MLCC montre que certaines d’entre elles ne prennent aucun frais, d’autres 2% ou 3% et plus rarement 5%. En effet, ces frais apparaissent parfois comme des obstacles à l’acceptation de la Bizh par les professionnels. Or le but de MLK-Gwened est de favoriser la circulation de la Bizh dans le territoire. Si une de ses missions est de minimiser la reconversion en euros, il n’est pas question d’effrayer les professionnels avec des frais nouveaux, il semble préférable de les inciter à trouver des débouchés au sein du réseau de la Bizh. Le règlement intérieur de MLK-Gwened, en cours de rédaction, précisera que les professionnels ne doivent envisager la reconversion qu’en dernier recours. C’est le rôle de MLK-Gwened de les y aider.

Un bilan sera effectué au bout d’un an de circulation de la Bizh. S’il s’avère que les professionnels reconvertissent trop de Bizh en euros, MLK-Gwened réexaminera sa position et envisagera peut-être d’établir des frais de reconversion non nuls.

Finalement, le fonctionnement de la Bizh se précise donc :

  • pas de fonte : les coupons de Bizh ne perdront pas de valeur au cours du temps ;
  • pas de bonification : l’échange des euros contre des Bizh se fera sans « bonus » ;
  • pas de frais de reconversion en euros (la première année) : l’échange des Bizh en euros sera gratuit.

Rappelons que les particuliers ne peuvent pas reconvertir leurs Bizh en euros.

Retour sur l’année 2016-2017

Les membres de MLK-Gwened font une pause estivale, entre le 11 juillet et le 27 août. Il s’agit de nous reposer car l’automne sera chargé si nous voulons réussir la mise en circulation de la Bizh fin janvier 2018 !

Une fin 2016 décisive

En octobre 2016, il a été décidé que la monnaie circulerait dans la nouvelle intercommunalité « Golfe du Morbihan – Vannes agglomération ».

Entre novembre 2016 et janvier 2017, le nom — Bizh — de la Monnaie Locale Complémentaire Citoyenne a été choisi lors du Forum Social Local 2017. L’assemblée plénière du 22 mai 2017 a validé le genre féminin du nom et le logo de la Bizh.

Une feuille de route pour 2017

Une feuille de route a été adoptée pour que la Bizh soit mise en circulation en janvier 2018, lors du prochain et 10e Forum Social Local. Dans ce but, des groupes de travail ont été formés :

Le groupe communication repense tout le plan de communication et l’identité visuelle de la Bizh. Il a notamment préparé un nouveau dépliant qui sera distribué largement cet automne. Un nouveau site web dédié à la Bizh est en cours d’élaboration.

Les dessins des coupons seront présentés à la rentrée.

Le groupe réseau a rencontré de nombreux professionnels. Des étudiants de GEA de l’IUT de Vannes ont lancé une enquête pour connaître leurs attentes. Si vous êtes professionnel-le et intéressé-e, vous pouvez prendre contact avec nous.

Le groupe technique a établi un budget prévisionnel pour les années 2018 à 2020. Ont aussi été déterminés : le montant de la commission de reconversion, le montant des futures cotisations pour les particuliers et les professionnels ainsi que la procédure d’agrément des professionnels. Les aspects bancaires sont en cours d’étude. Tout ceci sera validé à la rentrée. Rappelons que la Bizh ne sera pas fondante et qu’il n’y aura pas de bonification.

Pendant cette année, MLK-Gwened a présenté son projet lors de plusieurs soirées-débats publiques et devant plusieurs associations locales.

Du travail pour l’automne 2017

Il reste encore du travail, notamment :

  • à valider la charte de la Bizh et les procédures d’adhésion des particuliers et des professionnels ;
  • à lancer le site web de la Bizh et les nouveaux supports de communication ;
  • à constituer les premiers réseaux de professionnels ;
  • à mieux faire connaître la Bizh et à préparer son lancement lors du FSL 2018…

… pour ce qui est des grandes lignes ! Car il y a aussi plein d’autres choses à faire.

Vous nous aiderez beaucoup à faire connaître la Bizh en parlant de ce projet autour de vous. Si le cœur et l’envie vous en disent, vous pouvez même devenir correspondant-e dans votre commune.

Si participer à l’élaboration de la Bizh vous intéresse, n’hésitez pas à rejoindre l’association. La rentrée est prévue lundi 28 août avec une assemblée plénière.

Bon été à toutes et tous !

Feuille de route pour une mise en circulation en janvier 2018

image feuille de route Bizh

MLK-Gwened souhaite mettre en circulation la monnaie Bizh en janvier 2018, lors du prochain Forum Social Local. C’est un véritable défi en si peu de temps mais nous espérons y arriver !

Trois groupes de travail ont été définis ; chacun a sa feuille de route.

Si l’une des tâches prévues vous intéresse, n’hésitez pas à venir aux ateliers. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, vous pouvez quand même nous faire part de vos idées, vos attentes…

Groupe “Communication”

Ce groupe a pour objet de mettre en œuvre le plan de communication de la future monnaie Bizh.

Etape 1 :

  • Branding : identité verbale/visuelle de la monnaie ;
  • Valeurs : de la Bretagne, modernité, humaine ;
  • Image de marque : notoriété et perception de l’audience.

Etape 2 :

Création des contenus/messages imprimés/sur Internet pour chaque segment.

1) Professionnels : les convaincre d’adhérer au concept, quels avantages ont-il à jouer le jeu ? Constituer une base avant lancement.

2) Consom’acteurs : informer et éduquer sur la MLCC, avantages par rapport à l’euro. Devenir acteur du changement, contribuer à l’économie locale. Constituer une base avant lancement.

3) Partenaires/médias : création d’un dossier de presse.

Liste des productions prévues : logo Bizh, dépliant, site internet, page Facebook/Framasphere, visuels des coupons, auto-collants pour vitrines, communiqué de presse, infographies et mini-vidéos ludiques à partager sur les réseaux sociaux.

Etape 3 :

Diffusion comm’ : presse (papier et web), radio, blogs, magazines gratuits de l’agglo, panneaux publicitaires mis à disposition gratuitement par la commune, affiches dans les lieux culturels de Vannes agglo, relais sur les pages facebook amis, relais sur les newsletters des réseaux amis.

Devenir partenaires d’évènements locaux (conférences, courses à pied de Vannes, fêtes bretonnes, etc.).

Impression de flyer / dépliants /affiches : via un programme de partenariats imprimeurs écologiques/papier recyclé.

Note : nous penserons aux personnes mal-voyantes.

Groupe “Technique”

L’objet de ce groupe de travail est de déterminer les paramètres techniques du fonctionnement de la monnaie et son financement.

Avant l’été, il s’agit…

  • d’étudier divers budgets en fonction de paramètres tels que le nombre de particuliers et de professionnels, le montant des cotisations… ;
  • de choisir un prestataire bancaire pour le dépôt du fonds de garantie ;
  • de choisir le(s) taux de reconversion en euros pour les professionnels ;
  • d’établir un plan de financement sur 3 ans.

Tout ceci dépend d’autres travaux qui se feront en concertation avec les autres groupes :

  • la charte et les critères d’agrément des prestataires ;
  • les réponses aux questionnaires du groupe réseaux ;
  • les coupons à imprimer : valeurs, nombre de coupons de chaque valeur…

À plus long terme…

les travaux suivants pourront être mis en chantier ensuite :

  • mettre en place un système de virements entre prestataires ;
  • étudier l’opportunité et la possibilité de paiements électroniques pour les particuliers ;
  • réfléchir au financement de projets locaux (micro-crédits) ;
  • participer à la réflexion sur les échanges entre monnaies locales pour permettre les paiements entre professionnels et fournisseurs qui sont dans des territoires différents ;
  • réfléchir aux moyens de verser des aides sociales en Bizh, en partenariat avec les collectivités locales.

Groupe “Réseaux”

L’objet du groupe est de réfléchir à la construction du réseau de la monnaie : les prestataires chez qui nous pourrons utiliser la monnaie, les partenaires qui nous aideront notamment à la diffuser.

Travail en collaboration avec les étudiants de l’IUT :

  • terminer le questionnaire destiné aux professionnels ;
  • établir la liste des destinataires du questionnaire ;
  • Les résultats complets de l’enquête seront disponibles en novembre 2017 mais nous aurons accès aux réponses non traitées tout au long du processus pour nous en inspirer dans nos actions.

Pour les prestataires :

  • définir un noyau de prestataires pour le lancement de la monnaie en janvier 2018, formaliser leur engagement (adhésion) ;
  • objectif : 150 prestataires au lancement de la monnaie ;
  • déterminer les futures modalités d’entrée dans le réseau : charte (en collaboration avec les autres groupes), modalités des prises de décisions (qui valide ? quand ? comment ?).

Pour les partenaires :

  • Préparer une enquête pour les collectivités locales et associations afin de déterminer leur aide possible, leur rôle…

Des actions :

  • Organiser des cafés-débats ouverts à tous ;
  • Rencontrer les associations de commerçants ;
  • Rencontrer les ambassadeurs de la monnaie pour définir leur rôle.

[Page mise à jour le 14 avril 2017]

La bonification n’est pas retenue

image bonification-francais

La bonification, par exemple de 5 %, consiste à donner 21 unités de monnaie locale en échange de 20 euros. Plusieurs monnaies (l’Élef, le Grain, le Bou’Sol…) pratiquent ou ont pratiqué ce système.

Nous avons décidé de ne pas l’introduire dans la conception de notre monnaie.

En effet, l’expérience du Galais (Ploërmel) et de l’Élef (Chambéry) nous montre que les utilisateurs adhèrent avant tout par conviction. La bonification n’a alors pas d’impact réel sur l’adhésion de nouveaux consomm’acteurs, notamment des personnes en précarité. La bonification est aussi souvent assimilée à une pratique commerciale que nous ne souhaitons pas adopter.

Pour l’association, la bonification a un coût financier qui peut être difficile à assumer. Elle nécessite aussi un surcroît de gestion administrative dans les bureaux de change.

Cela dit, l’association MLK-Gwened a toujours comme objectif de lutter contre la précarité mais cela se fera par un autre moyen.